Zoom sur les phobies sociales

La phobie sociale est une autre forme de peur intense et très fréquente. La victime est paniquée et angoissée rien que de parler avec une personne inconnue. Il faut avouer que de nombreux individus dans le monde entier vivent cette forme d’anxiété. Elle est souvent caractérisée comme étant une maladie puisqu’elle est encore pire qu’une timidité.

Comment reconnaitre la phobie sociale ?

Comme son nom l’indique, elle concerne les personnes qui ont peur quand elles sont face à des situations d’interaction sociale ou de performance. Que ce soit manger en public, faire un discours, être en désaccord avec quelqu’un ou tout simplement être en public. La victime a en fait peur des regards qui se fixent sur elle, des critiques, et du rejet. Par ailleurs, elle est angoissée à l’idée d’être jugée par son interlocuteur. Cette situation peut provoquer une crise de panique accompagnée de mains moites, d’accélération du rythme cardiaque, de tremblements ou de perte de mémoire.

Quelles sont les origines de cette forme d’anxiété ?

Les origines de la phobie sociale varient en fonction de chacun. Il se peut qu’elle ait été provoquée par la personnalité et les expériences de la vie. Effectivement, il arrive que des évènements traumatiques se soient produits et restent ancrés à jamais dans les mémoires des individus concernés. Il se peut également que durant leur enfance, ils n’aient jamais été préparés pour affronter le monde parce qu’ils ont été surprotégés. Aussi, la victime ne sortait pas souvent voir la famille lors de son enfance puisqu’elle était restée seule chez elle. Il faut cependant savoir que la plupart du temps, les individus hypersensibles et introvertis sont les plus touchés. À vrai dire, ils n’arrivent pas à supporter l’échec dans les relations avec les autres.

Les différents types de phobies sociales

Il existe de nombreux types de phobies sociales. D’abord il y a l’haptophobie qui est la peur irrationnelle du contact physique, et qui se manifeste dès qu’il y a un contact avec le corps d’une autre personne. La victime se sent mal à l’aise rien qu’avec un toucher sur la poignée de la main. L’aphrophobie, quant à elle, concerne plus précisément la peur du désir sexuel. Il peut s’agir de la phobie du sujet, mais également de son partenaire. La victime peut à tout prix refuser tous les contacts qui peuvent attiser son désir comme les baisers. L’anthrophobie se caractérise par la crainte des gens que ce soient des femmes ou des hommes.

Les astuces pour surmonter sa phobie sociale

Pour aller vers la guérison, il est toujours préférable de commencer par l’acceptation. C’est-à-dire qu’il est important d’avoir confiance en soi, de s’aimer soi-même et d’apprendre à poser un regard bienveillant sur soi-même. Aussi, il est indispensable de s’entrainer pour s’exposer aux situations redoutées. Enfin, il est conseillé de faire des thérapies de groupe pour se soumettre au regard d’autres individus. Petit à petit, il faut jouer les situations dans le monde réel pour avoir un résultat positif et satisfaisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *