Comment traiter l’agoraphobie?

C’est la phobie des lieux publics, des espaces ouverts et des foules. Une personne qui en souffre, appelée agoraphobe, ressent de l’anxiété ou de la panique dans des conditions qui ne sont pas dangereuses ou effrayantes et fera l’effort de les éviter de peur de ne pas pouvoir s’y échapper ou de ne pas obtenir de l’aide si un problème devait apparaitre. Cette condition médicale fait partie d’un groupe de troubles anxieux.

Symptôme de l’agoraphobie

Les principaux symptômes de l’agoraphobie sont l’anxiété et la panique et Les crises de panique se traduisent souvent par diverses manifestations telles que l’essoufflement, la sudation, des bouffées de chaleur, la nausée, le vertige, un maux de tête, des frissonnements, des spasmes, le cœur qui bat très vite, un puissant désir de s’évader, le sentiment de ne pas se reconnaitre, une perte de contact avec la réalité.

Une personne agoraphobe en état de panique, peut avoir l’impression qu’elle est sur le point de mourir, qu’elle agonise. En réalité, une crise de panique ne met pas la vie en danger, à moins qu’elle n’aggrave un état probablement mortel.

Il n’en demeure pas moins que l’épreuve ressentie lors de l’anxiété et de la panique irrégulière est très réelle chez les agoraphobes et cela peut les amener à adopter des comportements d’évitement liés à leurs stimulations phobiques. Que ce soit de courte durée ou à long terme, ce comportement peut devenir une source de tensions au sein d’une famille, au boulot, dans la société et peut même provoquer des problèmes psychologiques comme la dépression.

Comment traiter l’agoraphobie

Il est très important de faire appel à un médecin pour diagnostiquer l’agoraphobie sur la base d’un entretien détaillé avec le patient. Le médecin est plus apte à identifier la cause de la phobie et à exclure d’autres éventuelles causes d’anxiété et de panique telles que la prise de médicaments, l’accoutumance ou une maladie secondaire.

Le traitement de l’agoraphobie comprend la psychothérapie cognitive-comportementale. Ce traitement aide les patients à définir l’objet de leurs peurs et à contrôler leurs phobies et ses manifestations à l’aide de diverses manières.

Le taux de réussite de ce type de thérapie est très rassurant et est assez élevé. Si nécessaire, le médecin traitant peut prescrire un médicament contre l’anxiété comme traitement complémentaire. Le recours à d’autres traitements médicamenteux peut être envisagé. De plus, des techniques de détente telles que la respiration diaphragmatique peuvent être enseignées aux agoraphobes pour les aider à contrôler leurs anxiétés et leurs crises de panique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *