Trypophobie.

Trypophobie : d’où vient cette phobie ?

Que ressentez-vous lorsque vous regardez un nid d’abeilles, un animal tacheté, une grenade ouverte ou les petites bulles qui se forment dans votre café au lait du matin ? Pour la plupart d’entre nous, nous ne ressentons rien de particulier. Mais pour une personne souffrant de trypophobie, une phobie des trous, les images qui contiennent des trous étroitement groupés peuvent susciter de forts sentiments de peur, de dégoût ou de panique.

Qu’est-ce que la trypophobie ?

La trypophobie est la peur ou l’aversion pour les groupes de petits trous, bosses ou autres motifs. Les déclencheurs typiques de la trypophobie sont le miel en rayon, les fraises, les gousses de lotus, le corail, les grenades, les bulles, la condensation, le cantaloup, les yeux d’insectes, les pelages d’animaux et d’autres motifs observés chez les insectes, les animaux et les aliments. Même les objets inanimés, comme les rochers, qui présentent des motifs trypophobes peuvent servir de déclencheur.

Lorsqu’une personne atteinte de ce trouble voit l’une de ces images, elle ressent des symptômes tels que la chair de poule, des sueurs, des tremblements, des démangeaisons, de la peur, des nausées, du dégoût et de l’anxiété. Toutefois, contrairement aux phobies ordinaires, le principal sentiment associé à la trypophobie est le dégoût plutôt que la peur. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles certains cliniciens hésitent à la considérer comme une véritable phobie.

Quelles sont les causes de la trypophobie ?

Les experts n’ont pas été en mesure de déterminer avec certitude les causes de cette phobie des trous, mais il existe quelques théories, la plupart ayant trait à l’évolution et à l’adaptation de l’homme. L’idée est que les images de trous serrés rappellent des choses que l’homme a craint à juste titre (animaux dangereux, maladies infectieuses) et que la visualisation d’images similaires à celles-ci provoque des sentiments inconfortables chez les personnes souffrant de trypophobie.

Par exemple, selon une recherche, la trypophobie pourrait être liée à la peur des parasites et des maladies infectieuses, qui se présentent souvent sous la forme de trous étroitement groupés (furoncles, rougeole, piqûres d’insectes, corps couvert de mouches, etc.)

Certains chercheurs ont supposé que la phobie des trous était liée à la peur des animaux dangereux. Cependant, d’autres chercheurs ont constaté qu’il n’y avait aucune corrélation entre les images d’animaux venimeux et la trypophobie, mais simplement que les images et les motifs visuels trypophobes sont intrinsèquement effrayants pour certaines personnes.

Options de traitement

Il existe différentes formes de traitement pour ce type de problème psychologique, la thérapie d’exposition étant la plus efficace. Ce type de thérapie aide la personne à contrôler sa peur, en modifiant sa réponse face à l’objet qui la provoque, mais il faut le faire avec beaucoup de précautions pour ne pas provoquer de traumatisme. Cette thérapie doit être réalisée avec l’aide d’un psychologue par une exposition progressive au stimulus qui provoque la phobie. Le thérapeute utilise des techniques de relaxation par le dialogue, de sorte que la personne se confronte à la peur jusqu’à ce que le malaise diminue.

Cette thérapie peut être associée à d’autres techniques qui contribuent à réduire l’anxiété et à traiter la peur :

Des médicaments pour aider à réduire l’anxiété et les crises de panique, comme les bêta-bloquants et les sédatifs

Des techniques de relaxation comme le yoga ou autres

Exercice physique pour réduire l’anxiété.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *