Phobie liée au coronavirus.

Phobie liée au coronavirus : pourquoi il est important de ne pas y céder

Le coronavirus sème la panique pour plusieurs raisons. Des mesures sans précédent dans l’histoire récente sont prises : les écoles ferment, les équipes sportives ne jouent pas, les vacances sont annulées, les réunions de famille sont reportées. Bien que ces mesures préventives soient justifiées, elles peuvent aussi expliquer en partie pourquoi les gens s’inquiètent. Mais il y a aussi le fait que cette maladie a déjà entrainé la mort de plusieurs personnes, normal diriez-vous qu’une phobie s’est développé.

Les gens se laissent influencer par les autres et laissent les émotions dicter leur comportement, au lieu d’adopter une approche rationnelle. Il est humain d’être anxieux. En même temps, il y a de nombreuses raisons d’avoir peur. Mais soyez raisonnable et prudent, et ne laissez pas cette maladie prendre le dessus sur vous.

La pandémie de COVID-19 a pris le dessus sur la santé mentale de plusieurs gens

Nous vivons à une époque où la moindre toux, le moindre reniflement, le moindre problème olfactif ou circulatoire peut susciter une vague d’inquiétude : est-ce le début d’une psychose ? Pour certaines personnes, cependant, c’est plus qu’une inquiétude passagère : Les experts disent et les recherches montrent que la pandémie a déclenché une montée de l’anxiété en matière de santé. En fait, l’anxiété sanitaire liée au coronavirus a reçu son propre nom : la coronaphobie.

Bien que la peur soit une conséquence psychologique courante lors des pandémies, la pandémie de COVID-19 est une maladie qui évolue en permanence et présente des facteurs de risque uniques. Par conséquent, la peur liée au COVID-19 pourrait se manifester non seulement par la peur et l’anxiété liées à la contraction de la maladie et à la mort, mais aussi par le stress socioprofessionnel associé.

Les facteurs identifiés sont, une réalité imprévue, des incertitudes permanentes, la nécessité d’acquérir de nouvelles pratiques et un comportement d’évitement, la perte de confiance dans les infrastructures de santé, la contraction du COVID-19 par des chefs d’État, les déclarations de mise en garde des organismes internationaux et le flux excessif d’informations. Ces facteurs provoquent des interférences avec la vie quotidienne, une interprétation catastrophiste de symptômes bénins et une amplification sociale du risque qui conduisent à la coronaphobie.

Stratégies pour maîtriser l’anxiété liée au coronaphobie

Adoptez un mode de vie sain : Adoptez une alimentation saine, dormez suffisamment, restez en contact avec les autres (même si c’est de loin) et faites régulièrement de l’exercice.

Pratiquez l’acceptation consciente : Lorsque vous sentez l’inquiétude monter, restez assis avec votre anxiété, acceptez qu’elle soit là pour pouvoir continuer à vivre.

Évitez les comportements de vérification excessive : Surveiller de façon répétée votre température ou votre odorat pour détecter la présence de COVID-19 perpétue l’anxiété.

Changez votre façon de penser : Se concentrer sur les symptômes négatifs ou tirer des conclusions catastrophiques peut accroître l’anxiété liée à la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *