La peur du sang.

La peur du sang : tout savoir sur cette phobie

L’hématophobie est une phobie qui désigne la peur du sang. Il s’agit d’une phobie très répandue qui touche autant les femmes que les hommes. Pour les hématophobes, l’idée d’être en contact avec du sang est insupportable, de même que le fait de se trouver dans des lieux où le sang est potentiellement présent, comme les hôpitaux ou les centres de don du sang.

Voici tout ce qu’il y a à savoir sur cette peur.

Sources possibles de l’hématophobie

Une peur extrême du sang peut être due à des événements traumatisants survenus dans l’enfance. Mais souvent, l’hématophobie n’a pas de source directement identifiable et prend un caractère quelque peu inexplicable. En définitive, l’hématophobie est une peur de la mort, de la perte de sang et de la perte des fonctions vitales.

Naturellement, l’hématophobie s’accompagne généralement d’une peur des accidents, des maladies, des blessures et de la douleur en général.

Conséquences physiques, psychiques et comportementales

La vue du sang – ou même l’idée d’être en contact avec du sang – provoque une baisse sensible du rythme cardiaque de l’hématophobe qui peut entraîner un malaise vagal.

Le sang, symboliquement, est associé à l’énergie vitale, à la circulation et à la filiation. Les hématophobes sont des personnes qui ont des difficultés à se connecter avec leurs proches et à avoir des activités intenses. Elles ont continuellement peur de se blesser par crainte des coupures, et de la possibilité de se retrouver à l’hôpital pour recevoir une transfusion.

Combattre la phobie du sang

Traiter la phobie du sang nécessite une approche concrète du sujet et la réalisation de certains exercices sous la supervision et le traitement personnalisé d’un expert.

Parmi les outils les plus utiles pour faire disparaître l’hématophobie figurent ceux qui sont souvent utilisés dans le cadre des thérapies cognitivo-comportementales, qui se fondent sur l’approche comportementale et mettent l’accent sur la désensibilisation afin que nous nous habituions au sang.

L’une des techniques les plus utilisées pour cette phobie et bien d’autres est l’exposition progressive au stimulus phobique, dans ce cas le sang. Au cours de plusieurs séances, la personne dont la phobie a été diagnostiquée s’expose progressivement aux situations qui lui causent de l’anxiété, en allant des plus légères à celles qui impliquent un contact plus direct et plus étroit avec le sang.

Un autre outil utile est l’apprentissage d’instructions qui doivent être suivies mentalement de manière séquentielle et qui ont trait à la mise en œuvre de techniques de relaxation et à la routine d’approche de ce qui produit la peur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *